… ♪ ♫ rien faire c’est la conserver ♫ ♪…

… ♪ ♫ rien faire c’est la conserver ♫ ♪…

5199 Charles de Secondat, Baron de Montesquieu 1689 – 1755«  De l’esprit des lois » Livre XX, chap. 4

«  Dans une nation qui est dans la servitude, on travaille plus à conserver qu’à acquérir. Dans une nation libre, on travaille plus à acquérir qu’à conserver. »

Et réciproquement ? Ce serait ça, un bon commentaire ? Faut-il le lire juridiquement ou politiquement ?

J’en sais rien, ça ne me dit rien. Mais si vous souhaitez remplir une double copie sur le sujet, je vous donne quatre heures et vous laisse à vos souvenirs de dissertations baccalauréatesques (mot pour lequel le correcteur orthographique me propose abracadabrantesque). Et ne me faites pas remarquer mes barbarismes, j’adore ça.

Une réaction au sujet de « … ♪ ♫ rien faire c’est la conserver ♫ ♪… »

  1. Charles de secondat ? Il aurait voulu dire que dans les nations asservies, les dirigeants (colonialistes, dictateurs, etc.) ont intérêt à ce que rien n’évolue. Une lapalissade. La suite est plus intéressante : dans les nations libres, donc dans les Républiques démocratiques, la modernité passe par une acquisition croissante de richesses. Ce Secondat, malgré les apparences, n’est pas un philosophe de seconde zone car il aurait pressenti avec trois siècles d’avance l’éclosion d’une future « société de consommation ». Alors là, moi je dis : « chapeau bas ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *