Pommes pannées, pommes sautées …

Pommes pannées, pommes sautées …

Je vous souhaite la pureté et la fraîcheur. La pureté de l’eau claire, de l’eau vive, celle qui courre dans les ruisseaux, donc celle des chansons, des beaux débits d’eau. La fraîcheur pour l’été, et le broc adéquate pour attraper ce dont vous avez besoin. Quelques amis avec qui faire des ronds dans l’eau, et les vôtres pour quelques conversations autour de la margelle. Je vous souhaite que le monde sorte la tête hors de l’eau de temps à autre,…

Lire la suite Lire la suite

Atelier d’hiver 2

Atelier d’hiver 2

  Descendre l’escalier avec ma petite valise en passant devant le téléphone fixé au mur. Traverser la courette et pousser le grand rideau métallique bruyant et lourd. Le refermer. Suivre le trottoir et longer le grillage de la maison voisine pour aller jusqu’au carrefour. Traverser en face, puis passer de l’autre côté de la rue. C’est nuit, c’est froid et déjà avoir peur de la solitude de la chambrée en arrivant chez le gardien du stade. Monter dans sa voiture,…

Lire la suite Lire la suite

Atelier d’écriture Hiver 2016

Atelier d’écriture Hiver 2016

Je rempile pour cette deuxième période hivernale des ateliers de François Bon. Je vous laisse aller chercher les indications et « contraintes » sur son site http://www.tierslivre.net/spip/spip.php?rubrique172 et sur sa chaîne YouTube https://youtu.be/Cx1FWlufWmE Voici mon texte.   En cherchant une autre maison je trouvais celle-ci ; entrer dans un rêve ; faire le tour virtuellement et déjà tomber sous le charme ; situer plus précisément sur une carte ; estimer l’éloignement du village ; des villes voisines ; découvrir que le propriétaire est une municipalité ; suis-je bête ; évidement puisque l’église…

Lire la suite Lire la suite

Marcher …

Marcher …

Je n’aime rien tant que marcher. Tout simplement. Pour avoir ces dernières semaines souffert d’un genou, au point de ne pourvoir me déplacer qu’a minima, j’ai pris conscience du bonheur qu’offre cette toute simple possibilité; marcher.

Tisser sa toile…

Tisser sa toile…

Comme il est curieux, ce petit animal, en équilibre on ne sait sur quel pied, quelle patte, pour ainsi mettre en oeuvre sa toile, qu’ensuite les gouttes viennent alourdir et montrer aux yeux de tous.

Pour me voir avec elle, je lui tourne le dos …

Pour me voir avec elle, je lui tourne le dos …

Je suis tombé sur cette photo, en double page, dans Philosophie Magazine. C’est pas tant pour frimer dans le train que j’achète cette revue mais pour réfléchir, de temps en temps, à quelques concepts ou idées qui ne m’effleureraient pas l’esprit autrement. Je cherchais quelque chose de simple pour illustrer ce que je pense du battage fait, ces temps, autour des élections, les américaines et les françaises. Les unes se terminent aujourd’hui, les autres sont en cours de développement médiatique….

Lire la suite Lire la suite

Adieu Pariscope …

Adieu Pariscope …

Apprenant la nouvelle, c’est un flash d’un retour arrière immédiat qui s’est produit. Quand j’ai débuté dans la distribution des journaux, à Paris, il y avait tous les mercredis matin la parution de ce titre. Un petit format, identique à celui de son concurrent « L’officiel des spectacles », qui n’était pas très facile à mettre en pile pour faire des paquets. Il n’y avait pas de machines à cercler à ce moment, on faisait ça tout simplement avec de la ficelle….

Lire la suite Lire la suite

Atelier 9

Atelier 9

Voilà, sans avoir participé à tous les exercices, j’envoyais hier soir le dernier de la saison, le 9. Je mets le texte ici, comme d’habitude, mais je vous y ajoute quelques photographies du lieu. C’est un endroit devant lequel je passe de temps en temps, et c’est le sujet de l’exercice qui m’a poussé à m’y arrêter. Je ne suis pas vraiment satisfait de ce texte, mais il y avait une date butoir, aujourd’hui !! Comme à chaque fois, ça…

Lire la suite Lire la suite

Immobilité …

Immobilité …

  Il n’attend pas, il a stoppé sa marche et il écoute. Les boutons d’or à ses côtés se sont figés à l’instant, il est aux aguets. Il regarde au loin, sans inquiétude, alors que l’orage monte. Il regarde vers le lointain, là-bas, comme vers un autre bord et ne pressera pas le pas en repartant. Il écartera de ses bâtons les hautes herbes vertes, mouillées et froides, mélangées aux fleurs des champs, pour éviter de tremper son pull. Il…

Lire la suite Lire la suite

Mouvement …

Mouvement …

Ce n’est pas le geste d’une chorégraphie et pourtant il ne semble pas naturel. Le plongeur, avant de se jeter à l’eau, prend son élan un peu de cette façon, s’appuyant fermement sur ses jambes, et de ses bras étirés derrière son dos, ensembles, symétriques, va s’élancer en les propulsant vers l’avant. Il n’y a là pourtant aucune précipitation, aucune énergie vive, pas d’effort. C’est naturellement que les bras vont reprendre leur rôle de balancier pour accompagner la marche. Les…

Lire la suite Lire la suite