Bientôt un demi siècle…

Bientôt un demi siècle…

que cette vidéo a été captée. Encore le hasard des pérégrinations sur la toile qui me fait tomber là-dessus. Bon, vous savez l’estime dans laquelle je tiens le Glenn pas besoin d’y revenir. Donc c’est plutôt sur la vidéo que je m’attarderais. Bientôt 50 ans que c’était fait et c’est… d’un vieillot, ce truc!! Le plan fixe face au chef, ahah. Et puis, à les voir pour la plupart si grassouillets, les musiciens (peu de femmes mais bien choucroutées des…

Lire la suite Lire la suite

Un peu palot…

Un peu palot…

En ces temps un peu palots, c’est ce qualificatif qui me vient pour parler du confinement, cinquième semaine, c’est ça? … j’en perds mon arithmétique!! Alors parfois, je m’égare dans les dédales d’internet, passant d’une image à une autre, d’une vidéo à une autre, d’une musique qui m’amène à un autre artiste, un autre interprète… et j’ai découvert Yuja Wang, je veux dire dans cette interprétation. Comme beaucoup, je n’ai pas échappé à quelques photos d’elle lors de ses concerts….

Lire la suite Lire la suite

Un souvenir…

Un souvenir…

Je ne serai jamais un écrivain, c’est trop de boulot. Je vois des gens dessiner sur les coins de table, sur les nappes en papier. Juste laisser une épreuve, un croquis pas fini, une esquisse pourtant déjà presque un portrait, un paysage. Je ne voudrais écrire qu’ainsi. Juste des petites traces, des pattes de mouche pour associer deux idées ensemble, pour figer un instant comme le fait le photographe de rue. Clic-clac c’est dans la boite. Si l’on pouvait, de…

Lire la suite Lire la suite

Pire que la guerre

Pire que la guerre

Je me dis que même la guerre ne fait pas ça, je veux dire d’ainsi assombrir le ciel. J’ai entendu à la radio qu’il semble que l’Amérique du sud voit arriver des fumées venant de là, de l’Australie, de l’autre côté de l’océan…. Duras a raison, et je me dis qu’en effet, il est déjà trop tard, et que nos lingots d’or que nous ne saurions laisser nous freinent dans notre fuite comme un boulet de plomb.Je commentais cette image…

Lire la suite Lire la suite

la bonne année…

la bonne année…

Parfois, on ne sait pas trop comment changer de ton, faire un peu original et tenter de sortir des sentiers battus alors, pour cette année, on s’est dit que pour le coup du nouvel an nous souhaiterions nos vœux de deux façons ! Voici, voilà !! Nous vous souhaitons, pour cette année, des alizés légers dont il se disait, au XIIIéme siècle qu’ils avaient « le caractère lisse, poli et délicat de ces vents mesurés qui soufflent avec régularité, ni trop ni trop…

Lire la suite Lire la suite

Bise froide…

Bise froide…

Je crois qu’il a commencé hier par quelques tourbillons, et puis il a enflé sans discontinuer pour garder une légère puissance tout au long de la journée. Cette nuit il tentait toujours de passer partout, sans doute sous les lauzes puisque les fenêtres étaient bien closes. Sous la couette on sentait qu’il voulait jusqu’à secouer toute la maison, ça craquait un peu dans le parquet. Le chat n’est pas sorti, il va devant la porte, semble s’étonner, me regarde et…

Lire la suite Lire la suite

Noir et Sang…

Noir et Sang…

Je mettais ça sur le site de l’atelier d’écriture de François Bon, cet été… et puis, j’ai laissé tombé. Dommage, mais j’ai fait autre chose.https://www.tierslivre.net/ateliers/noir-et-sang/

A la Capelette…

A la Capelette…

Retour de Marseille où nous passions quelques jours, au sixième et dernier étage d’un immeuble neuf au début du boulevard de la Capelette, qui donne son nom au quartier. Une petite terrasse ouvre sur le ciel, les gabians passent à la recherche d’un truc à manger en planant joliment. Même qu’on a vu une troupe d’une trentaine de petits perroquets verts faire trois fois le tour du bâtiment, sans doute échappés d’une volière. Au loin le massif de l’Etoile, et…

Lire la suite Lire la suite

Bientôt trois ans…

Bientôt trois ans…

que Léonard Cohen s’en est allé, peut-être sur un chemin comme celui-ci. Oh jeunesse idyllique aux tatouages dans le dos comme il sied désormais à qui veut être dans le vent… et la marque des lunettes absentes sur la tempe du moine habilleur qui ramène à l’ordinaire. Mais peu importe si les traductions que j’ai pu lire de cette chanson sont très certainement à cent lieux de ce que nous dit le poète, je suis aussi au bout du compte…

Lire la suite Lire la suite

C’est pas qu’il ne se passe rien…

C’est pas qu’il ne se passe rien…

mais ma procrastination est telle en ces temps, que je ne m’accroche à rien, dilapidant mon temps entre de petites marches alentour et du vélo d’appartement très régulièrement, même quotidiennement, quelques matchs de rugby, mais c’est déjà presque fini, et des lectures de piochage de-ci de-là qui ne me font terminer aucun livre. Donc, pour ceux qui voudraient des nouvelles, à ceux que je ne rappelle pas ou n’écris pas qui s’enquièrent pourtant de ma petite personne, je dis :…

Lire la suite Lire la suite