Après les bons vœux…

Après les bons vœux…

Je ne sais pas vous, mais de mon côté, et du notre, c’est avec désespoir pour éviter le pire que nous validerons un bulletin au nom de Jupiter premier. Pour certains, le pire n’est pas sûr si la dame est élue, mais j’ai pas envie d’essayer.

Des Bons Vœux…

Des Bons Vœux…

Bon, allez…. C’est de bonne heure, et avant que la journée ne commence vraiment, je m’y atèle, je me lance et puis il faut bien évacuer une bonne fois pour toute cet engagement que j’ai pris il y a quelques jours. Et puis, déjà que celles et ceux qui recevaient mes cartes postales doivent bien se demander ce qui se passe depuis deux ans, il serait fâcheux que je passe, dès le début d’année, pour un Gascon du genre de…

Lire la suite Lire la suite

Du silence…

Du silence…

C’est une lapalissade, certes, mais en effet, pour moi, la neige c’est avant tout du silence. Elle fait disparaitre le son en cachant tous les bruits occupant notre espace, quand elle tombe. Enfin ici, je veux dire où j’habite depuis deux ans et demi, c’est pas tellement qu’il y a des bruits gênants à six heure du mat’, non. Mais j’ai souvenir qu’il y a une bonne dizaine d’années, lorsque j’étais entre Aix et Marseille, sur une colline mais non…

Lire la suite Lire la suite

Charlelie Couture….

Charlelie Couture….

A 6h30, ce n’est pas de l’insomnie, mais pour un « inactif », tel que me voici défini sur les grilles d’évaluation de l’Insee ou tout autre questionnaire qui veut nous mettre dans une case bien précise, c’est un peu de bonne heure. Pour vous dire que je rêvais, au moment d’ouvrir les yeux, de Charlélie Couture. C’est pas rien. Je me voyais l’aborder, direct, et lui proposais ma dithyrambe joyeuse, que je ne viendrais pas lui parler de « Comme un avion…

Lire la suite Lire la suite

Insomnie….

Insomnie….

Je ne suis pas sujet aux insomnies, ou alors si peu souvent, si rarement, que lorsque ça m’arrive, c’est une surprise, tellement que si d’aventure je me réveille au beau milieu de la nuit, il me suffit de me retourner dans les draps, sans doute de grogner un peu, si peu que déjà je suis rendormi. Voyez qu’il est juste six heures passée (comment écrit-on ça, c’est l’heure qui est passée, pas les heures, au nombre de six, qui sont…

Lire la suite Lire la suite

Non, cet endroit n’est pas délaissé….

Non, cet endroit n’est pas délaissé….

Oui, chers quelques uns qui vous êtes inscrits pour avoir des nouvelles de cet espace, et bien le voici réanimé, rétabli, revigoré; réveillé…. bref revitalisé, comme un qui aurait eu la covid et en aurait réchappé. Bien entendu, promesse de Gascon habituelle, m’engage à y revenir plus souvent, mais comme toujous, ceci ne tient qu’à un fil… Pour l’heure, ce qui aura relancé la chose, l’objet, n’est pas moins qu’une petite, de rien du tout, participation à ceci… Une petite…

Lire la suite Lire la suite

Bientôt un demi siècle…

Bientôt un demi siècle…

que cette vidéo a été captée. Encore le hasard des pérégrinations sur la toile qui me fait tomber là-dessus. Bon, vous savez l’estime dans laquelle je tiens le Glenn pas besoin d’y revenir. Donc c’est plutôt sur la vidéo que je m’attarderais. Bientôt 50 ans que c’était fait et c’est… d’un vieillot, ce truc!! Le plan fixe face au chef, ahah. Et puis, à les voir pour la plupart si grassouillets, les musiciens (peu de femmes mais bien choucroutées des…

Lire la suite Lire la suite

Un peu palot…

Un peu palot…

En ces temps un peu palots, c’est ce qualificatif qui me vient pour parler du confinement, cinquième semaine, c’est ça? … j’en perds mon arithmétique!! Alors parfois, je m’égare dans les dédales d’internet, passant d’une image à une autre, d’une vidéo à une autre, d’une musique qui m’amène à un autre artiste, un autre interprète… et j’ai découvert Yuja Wang, je veux dire dans cette interprétation. Comme beaucoup, je n’ai pas échappé à quelques photos d’elle lors de ses concerts….

Lire la suite Lire la suite

Un souvenir…

Un souvenir…

Je ne serai jamais un écrivain, c’est trop de boulot. Je vois des gens dessiner sur les coins de table, sur les nappes en papier. Juste laisser une épreuve, un croquis pas fini, une esquisse pourtant déjà presque un portrait, un paysage. Je ne voudrais écrire qu’ainsi. Juste des petites traces, des pattes de mouche pour associer deux idées ensemble, pour figer un instant comme le fait le photographe de rue. Clic-clac c’est dans la boite. Si l’on pouvait, de…

Lire la suite Lire la suite

Pire que la guerre

Pire que la guerre

Je me dis que même la guerre ne fait pas ça, je veux dire d’ainsi assombrir le ciel. J’ai entendu à la radio qu’il semble que l’Amérique du sud voit arriver des fumées venant de là, de l’Australie, de l’autre côté de l’océan…. Duras a raison, et je me dis qu’en effet, il est déjà trop tard, et que nos lingots d’or que nous ne saurions laisser nous freinent dans notre fuite comme un boulet de plomb.Je commentais cette image…

Lire la suite Lire la suite