Bise froide…

Bise froide…

Je crois qu’il a commencé hier par quelques tourbillons, et puis il a enflé sans discontinuer pour garder une légère puissance tout au long de la journée. Cette nuit il tentait toujours de passer partout, sans doute sous les lauzes puisque les fenêtres étaient bien closes. Sous la couette on sentait qu’il voulait jusqu’à secouer toute la maison, ça craquait un peu dans le parquet. Le chat n’est pas sorti, il va devant la porte, semble s’étonner, me regarde et va s’installer à nouveau devant la cheminée. Sûr, plus une feuille aux arbres arbres et seules celles engluées par la pluie des jours passés restent sur le bord du chemin, comme un bateau encalminé. C’est d’ailleurs curieux de voir les branches secouées de toute part, pas un oiseau à se risquer dans la tourmente, et le ras du sol si tranquille. Même emmitouflé je ne mettrai pas le nez dehors, je n’irai pas affronter le vent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *