Henri Pichette…

Henri Pichette…

J’ai découvert, lors d’une participation aux ateliers d’écriture à Chateauneuf de Gadagne, un texte très curieux d’Henri Pichette dont je n’avais jamais entendu parlé, ni du texte ni du poète. Le poème était dans un petit recueil faisant partie d’un coffret de 12 petites livres, une collection Télérama/Gallimard. J’ai cherché à acquérir ce coffret en le commandant chez ma libraire de Pernes les Fontaines… sans succès, il me disait que c’était épuisé. Quelques semaines plus tard, ces derniers jours, me revenait en tête ce texte et la frustration de ne pas l’avoir m’énerva un peu, et en désespoir de cause, j’allais sur Amazon, par acquis de conscience. Hop, 48 heures plus tard, le paquet était dans ma boite aux lettres. Ce n’est pas là du prosélytisme en faveur d’Amazon, mais plutôt un peu de tristesse qu’un libraire, qui se démène, ne puisse pas trouver ce que le monstre américain  a déjà.

Bref.

Voici donc le début de l’Ode aux métiers…. le tout c’est une dizaine de fois ça, en volume.

 

« Je dirai le meunier, le forain, le tourneur,

Le mitron, le clown blanc, l’échevelé glaneur,

La foi du charbonnier au grand jour témoignée,

L’horticulteur fleuri, la coiffeuse orpeignée,

La trame de la vie aux doigts du tissutier,

Le ruban bleu de lune à l’avant du routier,

Le peintre qui respire au balcon de ses toiles,

L’infini matelot, le pilote aux étoiles,

Celui qui fait la pluie avec un arrosoir

Et l’autre le foyer reprendre à l’attisoir,

Le tombelier dos rond sous les averses drues,

Le salubre éboueur, le balayeur des rues,

Le cordonnier qui tient l’usure des chemins,

Le bateleur habile à marcher sur les mains,

L’ongle en deuil du typo qui désigne la faute,

L’éclusier qui caresse un rêve d’argonaute,

L’humble boulanger qui des pauvres fait la part,

Le vieux curé pour qui ce n’est jamais trop tard,

L’éleveur d’alevins sur l’eau d’un lac de combe,

Le calme jardinier qui met la terre en tombe,

L’empailleur d’animaux qui les veut l’air vivants,

Le vitrier au cri de cristal à tous vents,

L’apiculteur masqué s’escrimant aux abeilles,

La cueilleuse de cerises pendants d’oreilles,

Le fermier en haut lieu sur le foin engrangé,

La bonne qui babille au poupon frais langé, […]

2 réactions au sujet de « Henri Pichette… »

  1. Voici un texte qui te ressemble et dont tu aurais pu écrire certains vers : simplicité, tendresse et fantaisie.
    Quant au pourvoyeur du livre… moi aussi je voyage en amazon qui débusque des ouvrages de derrière les fagots quand nombre de libraires indépendants ont baissé les bras avant de vérifier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *