Mouvement …

Mouvement …

Ce n’est pas le geste d’une chorégraphie et pourtant il ne semble pas naturel. Le plongeur, avant de se jeter à l’eau, prend son élan un peu de cette façon, s’appuyant fermement sur ses jambes, et de ses bras étirés derrière son dos, ensembles, symétriques, va s’élancer en les propulsant vers l’avant.

Il n’y a là pourtant aucune précipitation, aucune énergie vive, pas d’effort. C’est naturellement que les bras vont reprendre leur rôle de balancier pour accompagner la marche. Les hautes herbes ne freineront pas son pas décidé. Il connaît chaque endroit du pré. Il sait où il va, sans hasard.

La colline au loin est sombre, figée comme une limite, où donc est passé l’horizon. Il s’y avance sans tenter de l’atteindre, le temps ne presse pas, l’autre côté ne l’intéresse pas.

Il doit faire chaud, il n’est pas d’ombre. L’air est sec, les bruits craquants et le frottement du caoutchouc des bottes imite mollement le bruit le la faux, qu’il maniait si bien.

Il arpente, il sillonne le pré, il va sans but mais ne se promène pas. Il observe, il mesure, n’ira pas jusqu’au fond du champ, n’y va plus.IMGP7539

 

Photo Julien Coquentin « Saisons Noires »

Une réaction au sujet de « Mouvement … »

  1. Oui, je suis entièrement d’accord. Bravo Monsieur Coquentin. On sent que ce paysan, il fait corps avec sa terre. Il a le dos voûté, les mains calleuses, et surtout cet excroissance très proéminente au-dessus du poignet… peut-être le radius ? C’est typique des gens de la campagne. On n’a pas ça chez nous. Il a l’air tout sec, le vieux, même pas de fesses… tout ce qu’il a pris comme calories, il les a grillées au boulot. Et maintenant, il marche d’un pas décidé, sans doute parce qu’il n’en pas pas fini avec sa terre, il a encore plein de choses à lui dire ou à lui faire dire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *