Vingt-septième Juin

Vingt-septième Juin

De la blancheur de la seconde fleur du magnolia.

De la chaleur qui nous tombe dessus depuis plusieurs jours.

Des premières cigales qui se font entendre par intermittence.

Du « retard » sur les ateliers d’écriture.

Du fait que le président soit chanoine honoraire de Saint-Jean-de-Latran.

De la coupe du monde et de la faiblesse des petits bleus, de l’élimination des Allemands.

Des tomates qui ne rougissent pas encore, mais des salades déjà dégustées.

De mes achats à la librairie de Pernes-les-Fontaines.

Du thé vert ou du thé à la bergamote.

De l’aimable ORL qui m’interroge sur ma lecture du moment et me confirme les moins 20% de l’oreille gauche.

De ma déambulation dans Carpentras sous un soleil de plomb.

De la liste de courses pour demain.

Du bon pain de la petite boulangerie dans le bas de la ruelle avec sa toute petite et basse porte en bois rouge.

De la tarte aux pêches préparée pour demain.

Des premières pages de « Traversée » de Francis Tabouret, chez P.O.L

De la petite réparation de la tondeuse avec vis et écrou achetés dans un magasin de bricolage, avec quelques clous à tête plate et large pour le toit de la cabane du jardin de la petite maison aux volets rouges.

Des neuf cartes postales du Mont Ventoux, plus une qui fait doublon pour faire dix pour un ami amateur de cyclisme.

De la panière en plastic qui se remplit de petites choses pour prochain départ campagnard.

De la fraîcheur du soir,

il aura été question aujourd’hui.

 

 

 

Une réaction au sujet de « Vingt-septième Juin »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *