Un souvenir…

Un souvenir…

Je ne serai jamais un écrivain, c’est trop de boulot. Je vois des gens dessiner sur les coins de table, sur les nappes en papier. Juste laisser une épreuve, un croquis pas fini, une esquisse pourtant déjà presque un portrait, un paysage. Je ne voudrais écrire qu’ainsi. Juste des petites traces, des pattes de mouche pour associer deux idées ensemble, pour figer un instant comme le fait le photographe de rue. Clic-clac c’est dans la boite. Si l’on pouvait, de quelques mots faire une image, un dessin… je suis preneur ! Vous me direz, fais un haïku… c’est pareil, je sais pas faire. Alors, je ne fais que commenter l’instant, dire comme j’ai aimé ce moment. Raconter que la neige tombe juste au moment où je regarde par la fenêtre, me souvenir comme ce dîner avec des inconnus était charmant. En plus, la table avait des rallonges sous sa toile cirée avec ses ronds blancs sur fond rouge. Pas moyen d’écrire un mot sur au coin de la table, alors ! Qu’à cela ne tienne, j’ai mis un mot dans mon carnet au moment où nous y étions. Aujourd’hui, je me souviens des vol-au-vent, de la blanquette et de la tarte aux pralines, d’un Côte du Rhône très léger mais avant tout, de ce moment délicieux passé en bavardage aimable avec les autres convives. La petite école transformée a pourtant gardé son âme, et on attend les beaux jours pour rêver d’un verre de blanc dans la cour de récré, ou d’une tasse de café sous ses arbres. Nous y retournerons, pour écrire une autre histoire, écrire un autre souvenir griffonné dans le carnet.

Donc, petite publicité avec le lien ci-dessous!!

http://latablearallonges.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *