Cinquième Juin

Cinquième Juin

C’est vrai qu’en s’y mettant le matin, j’ai beaucoup plus de temps devant moi pour alimenter l’article du jour, d’autant que je me levais avant 7H00, ce qui n’est pas si habituel que ça. Le petit déjeuner était agrémenté avec des tartines badigeonnées avec le sirop figé du fond de la gamelle de cuisson de la confiture de cerises. Ce sirop était récupéré et mis dans un petit bol, hein, il ne traînait pas ce matin dans une bassine abandonnée dans l’évier avec une vaisselle non faite, non! N’allez pas imaginer que je vis aujourd’hui comme à l’époque de la rue de Tocqueville!

D’ailleurs, une des missions du jour, rappelée par ma plus belle fille du monde à moi (Soit la PBFDM, marque déposée par Jacques B. mais laissée libre de droits) avec insistance, voire énergie c’est de faire des étiquettes pour les pots. Quand je vous dis que j’ai des trucs à faire.

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour l’heure, je vais faire un petit tour à mes deux carrés de jardin. Les salades saladent, les tomates tomatent, et les radis de 18 jours en auront bientôt 8. Tout va bien, je vais juste arroser un peu ce petit monde, et faire une photo, rien que pour vous.

 

 

 

 

 

 

 

 

Même deux, de photos. Des salades là à gauche, et des tomates et des radis là à droite. Comme dirait ma fille qui vit à Marseille: « Y’a pas rien, là! ». J’attends donc de récolter, maintenant.

Sur le front des ateliers d’écriture, la récolte est faite. Voici les deux livres produits par François Bon, issus des ateliers passés. Je suis fier comme Bar-Tabac, et aussi très content de partager ces deux productions avec mon ami Guy F.

Dans quelques jours François va lancer un nouvel atelier pour l’été. J’ai laissé tomber celui de l’hiver en cours de route, presque pour de bonnes raisons dont je pourrai d’ailleurs parler ici. Mais pas maintenant. Il est 13H00 passé, je ne suis pas en retard pour ce quatrième jour, et d’ici ce soir, j’aurai encore des choses à dire.

Pour les amateurs, qui comprendront, je suis bien content de la victoire du CO face au MHR et j’ai donc lu le Midol qui raconte cette rencontre avec articles et entretiens. J’ai bien aimé l’intensité de cette partie, les outsiders qui font déjouer les cadors.

Pour terminer aujourd’hui, mes filles finissent leur séjour à Bali et m’envoyaient tout à l’heure un dernier coucher de soleil. C’est joli tout plein.

 

 

 

 

 

Bientôt 18H00, il est temps d’aller voir si les légumes n’ont pas besoin de quelque chose

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *