Quinzème Juin

Quinzème Juin

Exercice 4 s’éloigner

et si on était projeté, mais toujours en regardant se même point, loin vers l’arrière, ou n’importe quelle autre direction, et qu’on verrait de bien plus loin tous ces éléments restés dans le souvenir (et uniquement par ce qu’on en retrouve mentalement)

Chez moi, ça donne ça.


La rue parallèle au nord, c’était la rue des Courlis, celle du sud la rue de la Marjolaine. Les rues perpendiculaires à l’ouest c’était la rue des Lilas, à l’est l’avenue de la Victoire. Mais la petite rue des Bleuets traversait la rue des Lilas jusqu’à celle des Alouettes où elle butait sur le mur du Stade des Courlis. Avant cela pourtant, elle avait un petit affluent constitué par la rue des Glaïeuls qui n’était pourtant qu’une impasse. D’ailleurs, l’impasse devant la boutique avait aussi le nom de rue, la rue des Héliotropes. De l’autre côté, vers l’est, elle traversait aussi l’avenue de la Victoire pour continuer sur une vingtaine de mètres et arriver devant la façade d’une maison. Le seul pavillon qui profitait de la vue en enfilade de toute la rue. Tout ça se coupait à angle droit, et c’était tout plat sur des centaines de mètres à la ronde. La vraie frontière, au nord, c’était la voie de chemin de fer.


Et puis, il est question de fournir une photo du lieu précis de l’écriture, de l’établi, en quelques sorte. Et je n’ai pas honte de vous montrer mon capharnaüm, mon foutraque bureau que je tente, parfois, de ranger. Ça m’arrive, rarement, et il se trouve dégagé et spacieux pendant plusieurs jours, mais retrouve bien vite son fatras. Les autres photos proposées sur le site Tiers-Livre, de François Bon, montrent des espaces clairs, plein jour, en ordre et super clean !! Ben moi,c’est la nuit, et c’est un grand bordel habituel !

Et puis cette frise « The Simpsons » qui fait remarquer la pièce recyclée. La chambre du petit gars est devenue la pièce bureau pour nous deux. Enfin, de son côté, que je ne vous dévoile pas car elle veut rester anonyme, la Dame, c’est super rangé, sans désordre, une place pour chaque chose et chaque chose à sa place.

Très chaud aujourd’hui, et le mistral a brûlé toutes les petites branches des plans de tomates. Il est nul, ce vent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *